Autonomisation de groupements féminins : Le Ministère de la femme, ONU-femmes et l’ambassade du Japon en mission d’évaluation dans le nord de la Côte d’Ivoire

Publié le par Patrice Kouakou

Autonomisation

Trois mois après la clôture du projet intitulé : « prévention de la vulnérabilité des femmes et des filles face au terrorisme, à travers leur autonomisation, le dialogue communautaire et l’éducation dans le nord de la Côte d’Ivoire », mis en œuvre par le Ministère de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité, en partenariat avec ONU-femmes et l’appui financier du Gouvernement Japonais, à l’intention des groupements féminins du nord de la Côte d’Ivoire, quel est l’état des lieux et quel est son impact sur les bénéficiaires ?


En réponse à ces interrogations, une mission conjointe composée du Ministère de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité, d’ONU femmes et de l’ambassade du Japon en Côte d’Ivoire a séjourné du 22 au 25 juin dans le nord du pays. Elle s’est rendue précisément dans les départements d’Odienne, de Minigan, de Kaniasso, de Boundiali et de Korhogo. Selon Yvonne Bosso, Directeur de cabinet du Ministère de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité qui par ailleurs conduisait la délégation, cette mission sur le terrain s’inscrit dans le cadre du suivi du projet et surtout mesurer les résultats réalisés. « Nous sommes venus toucher du doigt ce qui a été fait et mesurer les acquis réalisés par les groupements féminins », a-t-elle rappelé.

D’un coût total d’un million de dollars, soit plus de 500 millions de francs CFA, ce projet à consisté principalement à appuyer des activités génératrices de revenu puis à équiper certaines structures de base comme le centre de santé de Kaniasso.

Sur le terrain, la mission conjointe a pu s’enquérir des réalisations des différents groupements féminins. A Minignan par exemple, ledit projet a permis d’améliorer les conditions de vie d’une association de femmes. « Nous disons infiniment merci aux initiateurs de ce projet. Notre activité consiste à vendre du poisson et du poulet aux frontières de la Guinée et du Mali. Dans le cadre de ce projet, nous avons reçu un congélateur puis un montant de 500 000 FCFA comme capital. Aujourd’hui, notre chiffre d’affaires tourne autour de 2 500 000 FCFA. Cela nous permet de scolariser désormais nos enfants » a expliqué Kpan Agnes, responsable d’une association de femme.

A Boundiali, le constat est le même. Selon Ouasselou Gnekpa, le secrétaire général de la préfecture, cette initiative du Ministère et d’ONU-femmes a permis à des femmes d’une communauté musulmane d’avoir leur autonomie financière : ‘’ Grâce à ce projet, ces femmes ont étendu leur jardin de vivrier. Cela a permis de les rendre moins vulnérables et donc impossible de les recruter par les réseaux djihadistes qui frappaient il y a quelque mois, aux frontières nord de la Côte d’Ivoire », a-t-il soutenu.

Par ailleurs, à Odienné, Sy Lamine, responsable local du Conseil Supérieur des Imans (Cosim) plaide pour l’extension du projet à toutes les régions de la Côte d’Ivoire. « Avouons-le, les femmes contribuent fortement aux charges de la maison lorsqu’elles ont des sources de revenus. Il serait salutaire d’étendre ce projet à toutes les régions de la Côte d’Ivoire », a-t-il suggéré.

Au terme de la visite, Hiroshi Kawamura, ambassadeur de la République du Japon en Côte d’Ivoire, principal bailleur dudit projet, s’est félicité de l’impact positif sur les bénéficiaires et n’a pas manqué de féliciter les acteurs de mise en œuvre du projet : « J’aimerais saluer les efforts et exprimer toute ma profonde gratitude à toutes les parties prenantes impliquées dans la mise en œuvre du projet. Mes remerciements vont à l’endroit du Ministère de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité, à ONU Femmes, au partenaire Caritas et à toutes les autorités locales et traditionnelles pour leur concours à la réussite du projet. Sans oublier, nos vaillantes femmes à qui je voudrais tirer mon chapeau pour leur dévouement tout au long de l’exécution de ce projet », s’est-il réjoui.

Ministères

Commenter cet article